Menu

Faculté de Psychologie et des Sciences de l'Éducation (ULg)

Service de Psychologie Clinique Comportementale et Cognitive

Mémoires

Pour la réalisation de son mémoire, l'étudiant doit se conformer au "Règlement du mémoire" établi en 2012 par la Conseil de Faculté de la FPLSE.

Année académique 2018-2019

 

TITRE Promoteur et/ou personne de contact

1.  Quel est l’impact d’une procédure de réentrainement attentionnel sur la symptomatologie dépressive ?

Dans la dépression, les stimuli tristes et négatifs qui se trouvent dans notre environnement auront tendance à retenir notre attention. Les choses plus positives, quant à elles, seront plutôt négligées. Des études récentes suggèrent que modifier ces biais d’attention permettrait d’améliorer l’humeur ainsi que la capacité à gérer nos émotions dans une situation qui le nécessite. Dans ce projet, nous proposons une procédure de modification des biais attentionnels à des participants (étudiants) dont le niveau de symptomatologie dépressive est moyen à modéré. Nous évaluerons également l’effet de ce réentrainement sur des manifestations de la dépression encore non évaluées, comme le niveau d’engagement dans des activités  ou la satisfaction que nous avons de notre vie. 

Le travail de pré-mémoire consistera à faire (1) une revue de la littérature sur les biais attentionnels et leurs modifications dans la dépression (2) une revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive et (3) se familiariser avec le protocole de réentrainement attentionnel qui sera proposé lors du mémoire. Le travail de mémoire consistera à rencontrer des participants et leur proposer un programme de réentrainement attentionnel étalé sur plusieurs séances afin d’en étudier les effets thérapeutiques.

Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

2.  Etude des effets de la tenue d’un journal des activités quotidiennes sur le bien-être psychologique

Ce projet concerne les effets du self-monitoring. Nous testons l’hypothèse selon laquelle il existe un lien entre le processus d’auto-observation, d’auto-évaluation et une série de processus psychologiques. Plus précisément, nous pensons que le relevé des activités quotidiennes, qui est une forme d’auto-observation, combiné à un processus d’évaluation des activités, a un impact positif sur une série de manifestations anxio-dépressives comme : l’humeur dépressive, mais aussi sur l’activation comportementale, l’anhédonie, la rumination mentale, …(à définir). Le travail de pré-mémoire consistera à faire  (1) revue de la littérature sur les effets de l’auto-observation et auto-évaluation  (2) revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive. Le travail de mémoire consistera à tester l’hypothèse.

Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

3.  Est-ce que les sentiments de récompense et de satisfaction augmentent l’activation comportementale du sujet ? 

L’une des réponses possibles à la dépression peut être apportée par les thérapies cognitivo-comportementales, et en particulier par « l’activation comportementale » qui vise au réengagement progressif du patient dans des activités plaisantes afin d’améliorer l’humeur. Notre étude, qui s’inspire de celle menée en 2014 par Yamamoto, Shudo et Sakai, a pour objectif de vérifier qu’à court terme, la « récompense » est liée au plaisir ressenti lors d’une activité et va prédire l’accroissement  (1) de la satisfaction environnementale et (2) de l’engagement dans de nouvelles activités. D’autres variables seront également observées, à savoir le niveau de dépression et la tendance à la rumination mentale. Le travail de pré-mémoire consistera à faire  (1) revue de la littérature sur les effets de l’activation comportementale  (2) revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive. Le travail de mémoire consistera à tester l’hypothèse susmentionnée.

 Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

4.  Ce sur quoi nous portons notre attention influence-t-il le fait de voir la vie en rose ?

Dans la dépression, les stimuli tristes et négatifs qui se trouvent dans notre environnement auront tendance à retenir notre attention. Les choses plus positives, quant à elles, seront plutôt négligées. Centrer son attention sur des éléments plutôt tristes et négliger les éléments plus positifs de notre environnement  peut-il influencer la perception que nous avons de celui-ci et de notre vie en général ? Ai-je dans ma vie des sources de satisfaction qui sont disponibles ? Ai-je beaucoup de centres d’intérêt qui me procurent du plaisir ? Dans notre étude, l'objectif est d’étudier les liens entre les éléments de l’environnement sur lesquels nous portons notre attention et la satisfaction que nous avons de notre environnement et de notre vie. Ces liens seront investigués en lien avec la symptomatologie dépressive.

Le travail de pré-mémoire consistera à faire (1) une revue de la littérature sur les biais attentionnels dans la dépression ainsi que sur la satisfaction environnementale (2) une revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive. Le travail de mémoire consistera à rencontrer des participants et leur proposer une évaluation de la symptomatologie dépressive, de l’attention sélective et de la satisfaction environnementale pour tester notre hypothèse. Vos suggestions concernant d’autres mesures seront les bienvenues. 

 Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

5. L'humeur anxio-dépressive est-elle liée aux biais attentionnels?

Ces dernières années, les récents modèles ont souligné le rôle des biais cognitifs dans le développement et le maintien des troubles émotionnels (anxiété, dépression). Parmi ces biais on retrouve les biais attentionnels. Dans la dépression, ils se manifestent par une difficulté de désengagement d’un matériel émotionnel congruent à l’humeur ainsi qu’à une moindre vigilance portée à un matériel émotionnel positif. Dans cette étude, nous proposerons une évaluation des symptômes de dépression, des biais attentionnels et de différents mécanismes psychologiques impliqués dans le maintien de la dépression (rumination mentale, évitements,…). L’objectif de cette étude est de tester les liens qu’entretiennent ces différents éléments. Deux étudiants peuvent travailler sur ce projet. Contact : audrey.krings@ulg.ac.be. Avoir suivi le cours de Psychologie clinique comportementale et cognitive (S.Blairy).

  Sylvie Blairy 

(Audrey Krings)

 

Thèmes : Travail d’initiation à la recherche (TIR) – 2018/2019

 




TITRE  

Projet 1 : Quel est l’impact d’une procédure de réentrainement attentionnel sur la symptomatologie dépressive ?

Dans la dépression, les stimuli tristes et négatifs qui se trouvent dans notre environnement auront tendance à retenir notre attention. Les choses plus positives, quant à elles, seront plutôt négligées. Des études récentes suggèrent que modifier ces biais d’attention permettrait d’améliorer l’humeur ainsi que la capacité à gérer nos émotions dans une situation qui le nécessite. Dans ce projet, nous proposons une procédure de modification des biais attentionnels à des participants (étudiants) dont le niveau de symptomatologie dépressive est moyen à modéré. Nous évaluerons également l’effet de ce réentrainement sur des manifestations de la dépression encore non évaluées, comme le niveau d’engagement dans des activités  ou la satisfaction que nous avons de notre vie. 

Le travail de pré-mémoire consistera à faire (1) une revue de la littérature sur les biais attentionnels et leurs modifications dans la dépression (2) une revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive et (3) se familiariser avec le protocole de réentrainement attentionnel qui sera proposé lors du mémoire. Le travail de mémoire consistera à rencontrer des participants et leur proposer un programme de réentrainement attentionnel étalé sur plusieurs séances afin d’en étudier les effets thérapeutiques.

Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

Projet 2 : Etude de cas à l’aide de lignes de base multiples au sein de la CPLU : Mise en place d’un protocole d’intervention sur mesure

Dans ce projet, nous proposerons à un(e) étudiant de suivre une prise en charge avec un clinicien d’orientation cognitive et comportementale au sein de la CPLU (Clinique Psychologique et Logopédique de l’Université de Liège). Ce suivi sera centré sur une problématique anxio-dépressive. Le travail de pré-mémoire consistera à faire  (1) revue de la littérature sur l’utilisation des lignes de base multiples (2) revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive et (3) assister à des séminaires pratiques sur les études de cas multiples. Le travail de mémoire sera un travail de mise en pratique, nécessitant de réfléchir et de mettre en place les lignes de base multiples adaptées à la problématique du patient rencontré à la CPLU et adaptées aux objectifs thérapeutiques.

 

Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

Projet 3 : Etude des effets de la tenue d’un journal des activités quotidiennes sur le bien-être psychologique

Ce projet concerne les effets du self-monitoring. Nous testons l’hypothèse selon laquelle il existe un lien entre le processus d’auto-observation, d’auto-évaluation et une série de processus psychologiques. Plus précisément, nous pensons que le relevé des activités quotidiennes, qui est une forme d’auto-observation, combiné à un processus d’évaluation des activités, a un impact positif sur une série de manifestations anxio-dépressives comme : l’humeur dépressive, mais aussi sur l’activation comportementale, l’anhédonie, la rumination mentale, …(à définir). Le travail de pré-mémoire consistera à faire  (1) revue de la littérature sur les effets de l’auto-observation et auto-évaluation  (2) revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive. Le travail de mémoire consistera à tester l’hypothèse.

 

Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

Projet 4 : Est-ce que les sentiments de récompense et de satisfaction augmentent l’activation comportementale du sujet ? 

L’une des réponses possibles à la dépression peut être apportée par les thérapies cognitivo-comportementales, et en particulier par « l’activation comportementale » qui vise au réengagement progressif du patient dans des activités plaisantes afin d’améliorer l’humeur. Notre étude, qui s’inspire de celle menée en 2014 par Yamamoto, Shudo et Sakai, a pour objectif de vérifier qu’à court terme, la « récompense » est liée au plaisir ressenti lors d’une activité et va prédire l’accroissement  (1) de la satisfaction environnementale et (2) de l’engagement dans de nouvelles activités. D’autres variables seront également observées, à savoir le niveau de dépression et la tendance à la rumination mentale. Le travail de pré-mémoire consistera à faire  (1) revue de la littérature sur les effets de l’activation comportementale  (2) revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive. Le travail de mémoire consistera à tester l’hypothèse susmentionnée.

 

Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

Projet 5 : Ce sur quoi nous portons notre attention influence-t-il le fait de voir la vie en rose ?

Dans la dépression, les stimuli tristes et négatifs qui se trouvent dans notre environnement auront tendance à retenir notre attention. Les choses plus positives, quant à elles, seront plutôt négligées. Centrer son attention sur des éléments plutôt tristes et négliger les éléments plus positifs de notre environnement  peut-il influencer la perception que nous avons de celui-ci et de notre vie en général ? Ai-je dans ma vie des sources de satisfaction qui sont disponibles ? Ai-je beaucoup de centres d’intérêt qui me procurent du plaisir ? Dans notre étude, l'objectif est d’étudier les liens entre les éléments de l’environnement sur lesquels nous portons notre attention et la satisfaction que nous avons de notre environnement et de notre vie. Ces liens seront investigués en lien avec la symptomatologie dépressive.

Le travail de pré-mémoire consistera à faire (1) une revue de la littérature sur les biais attentionnels dans la dépression ainsi que sur la satisfaction environnementale (2) une revue de la littérature sur l’hétérogénéité des manifestations anxio-dépressive. Le travail de mémoire consistera à rencontrer des participants et leur proposer une évaluation de la symptomatologie dépressive, de l’attention sélective et de la satisfaction environnementale pour tester notre hypothèse. Vos suggestions concernant d’autres mesures seront les bienvenues.

 

Sylvie Blairy

(Audrey Krings)

Liens utiles

Grepaco ULiege AEMTC CPLU Commission des Psychologues PsyNCog